Aller directement au contenu
Image de remplacement avec des logos de la Gazette
Grands dossiers

Mal réservé aux homos, le sida? Faux. Il fait de plus en plus de ravages chez les femmes et les enfants. Si nous sommes encore loin de la réalité de certaines régions d’Afrique et des Caraïbes où il frappe l’un et l’autre sexe avec une égale force, la féminisation du sida inquiète ici aussi. En mars dernier, le Québec comptait 546 malades dont 37 femmes et huit enfants. Mais depuis dix ans, l’épidémie avait déjà fauché 611 vies, 85 chez les femmes, 30 chez les enfants. La pointe de l’iceberg. D’après les études, le nombre de personnes porteuses du VIH (virus d’immunodéficience humaine) pourrait dépasser 10.000. Comment savoir? Aucun signe ne permet à la personne contaminée de reconnaître le virus qui dans cinq ans, dix ans peut-être, déclenchera le sida.

Directeur du Centre maternel et infantile sur le sida, à l’hôpital Sainte-Justine, le Dr Normand Lapointe a vu, en dix ans, quelque 80 familles assiégées par le mal du siècle.

Aucune réaction à l'article « Donner la vie et la mort »

Lire l'article Donner la vie et la mort

Autre groupe menacé: les jeunes. Inutile de jouer à l’autruche, ils et elles ont une vie sexuelle active.

Aucune réaction à l'article « Jeunesse en danger »

Lire l'article Jeunesse en danger

Au temps du sida, le salut passe par le condom, cet OVNI (objet voué à nous importuner) que tous les pros de la prévention se tuent à érotiser. Il y a du chemin à faire. Le bidule a si mauvais genre que Radio-Canada a refusé en 1987 d’en faire la publicité.

Aucune réaction à l'article « Érotiser le condom »

Lire l'article Érotiser le condom

Dans leur excellente vidéo, Le sida au féminin, les réalisatrices Lise Bonenfant et Marie Fortin montrent justement ce qu’il advient de la vie après l’irruption du VIH.

Aucune réaction à l'article « La vie après le VIH »

Lire l'article La vie après le VIH
Inscription à l'infolettre