Aller directement au contenu

Guylaine Bérubé

La loi sur les agressions sexuelles rappelle qu’on ne peut déterrer le passé sexuel n’importe comment et lève l’ambiguïté sur le consentement.

Aucune réaction à l'article « Oui clair, non clair »

Lire l'article Oui clair, non clair
Inscription à l'infolettre