Aller directement au contenu
Logo de la Gazette des femmes.

Chères fidèles lectrices de la Gazette des femmes,

Le Conseil du statut de la femme fête, en 2013, 40 ans d’engagement et d’action pour les Québécoises. Depuis le début, la Gazette des femmes compte parmi nos outils essentiels pour sensibiliser le public aux enjeux féministes. En épluchant les anciens numéros empilés dans la voûte du Conseil, j’ai replongé avec une certaine nostalgie dans les grands débats qui ont animé le mouvement des femmes : la lutte contre les stéréotypes, la publicité sexiste, les nouvelles technologies de reproduction (qu’on nomme aujourd’hui procréation médicalement assistée), l’équité salariale, la conciliation travail-famille… Une relecture qui illustre le chemin parcouru, et celui qui reste à faire.

Photographie de Julie Miville-Dechêne.
« La Gazette est un banc d’essai, un lieu de débat. L’ouverture d’esprit est une qualité essentielle chez ses artisanes. Car le mouvement féministe n’est pas monolithique, mais pluriel, et le dogmatisme n’a pas sa place dans cette publication. »  — Julie Miville-Dechêne

Depuis mon arrivée à la présidence de cet organisme en août 2011, je ne compte plus le nombre de fois où des femmes m’ont dit à quel point elles regrettent l’époque où la Gazette était publiée sur papier. Celles qui travaillent dans les centres de femmes, notamment, se désolent de ne plus avoir cet outil de sensibilisation à portée de main; autrefois, celles qui venaient y chercher de l’aide pouvaient feuilleter la Gazette en attendant un rendez-vous, une activité.

Nous ne pouvons pas revenir en arrière, c’est une question de coûts. Mais ce numéro hors série est une façon de répondre à vos préoccupations en rendant les articles les plus lus accessibles à toutes celles — et à tous ceux — qui n’ont pas accès à Internet, ou que la lecture à l’écran rebute.

La Gazette des femmes est une vitrine inestimable pour le Conseil, une façon de diffuser les recherches féministes, d’expliquer les grands enjeux de société avec un point de vue bien ancré : celui des femmes. La Gazette est un banc d’essai, un lieu de débat. L’ouverture d’esprit est une qualité essentielle chez ses artisanes. Car le mouvement féministe n’est pas monolithique, mais pluriel, et le dogmatisme n’a pas sa place dans cette publication.

Le passage au Web nous a permis d’augmenter et de rajeunir le lectorat de la Gazette. Une évolution importante, car nous voulons demeurer pertinentes pour la jeune génération de femmes. L’objectif n’était pas de bêtement suivre la mode, mais de parler d’enjeux de société autrement, afin de susciter la réflexion chez les internautes. En prime, grâce au format numérique, nous publions plus d’articles plus souvent, sans compter que les lectrices et lecteurs peuvent ajouter leur voix au débat, nourrissant du coup l’équipe de rédaction.

Je vous souhaite donc bonne lecture, sur papier cette fois, et sur le Web le reste du temps. Longue vie au webzine Gazette des femmes!

Page couverture du hors-série de la Gazette des femmes.

Le hors-série de la Gazette des femmes est vendu en kiosque au coût de 14,95 $ en collaboration avec les Publications du Québec.

Qu'en pensez-vous?

15 Réactions

  1. Alain Bélanger

    Je suis de ceux qui ont écrit lors de la décision de ne publier que sur le web pour protester! Pour toutes celles et tous ceux qui n’utilisent pas cet outil et ils et elles sont nombreus-ses… Un numéro papier c’est intéressant mais à 14.95$ ce ne sera que pour les personnes qui disposent d’un tel montant d’argent ou bien qui fréquentent les bibliothèques.

  2. Echo Lima

    Je suis d’accord avec Madame Miville-Dechêne, il faut avancer. Les coûts astronomiques de l’imprimerie obligent à de nouvelles façons de faire pour ne pas disparaitre. La Gazette doit continuer de nous informer et de nous faire réfléchir. Je suis plus assidue à La Gazette depuis son arrivée en ligne puisque je n’ai pas à me déplacer pour me la procurer. Abonnée à l’Info Lettre et dans mon Facebook, j’ai tout ce qu’il me faut et je ne manque rien! Le contenu de Facebook est ce qu’on veut bien en faire et La Gazette en fait partie. Et les organismes qui veulent informer leur clientèle, imprimez-le recto-verso et ça ne vous coûtera que quelques sous!

Inscription à l'infolettre