Aller directement au contenu
Photographie des participantes de la Marche des femmes autochtones

À pied de Sept-Îles à Montréal

par 

Communicatrice de formation, féministe de conviction et actuellement étudiante à la maîtrise afin d'assouvir son besoin de réflexion et de nourrir son désir d'une plus grande justice sociale. Elle a notamment travaillé au sein du Mouvement Desjardins, à la Gazette des femmes et au Conseil du statut de la femme.

Un groupe de femmes autochtones de Maliotenam, une réserve indienne innue située sur la Côte-Nord, parcourra plus de 900 kilomètres pour se joindre au grand rassemblement de la Journée de la Terre du 22 avril à Montréal. Parmi leurs protestations, le Plan Nord. Ces femmes innues exigent des gouvernements, provincial et fédéral, et des entreprises qui s’engageront dans des projets d’envergure dans le Nord-du-Québec, le droit de regard sur les conséquences sociales et environnementales des travaux menés sur leur territoire.

Photographie des participantes.
Le jour du départ, le 1er avril 2012, à l’entrée de la Ville de Sept-Îles à quelques kilomètres de la réserve Maliotenam.

Elles revendiquent le droit d’être associées comme partenaires; elles veulent que des consultations soient tenues auprès des gens du milieu; elles souhaitent que les besoins des femmes autochtones soient considérés et que des mesures soient mises de l’avant pour mieux intégrer les communautés autochtones aux divers projets de développement. « Nous sommes porteuses de la voix du peuple des Premières Nations. Nous luttons pour la reconnaissance de nos droits, afin que naisse une société nouvelle juste et équitable pour les générations qui suivront. Nous crions haut et fort contre toute destruction et violation du Nitassinan. », signale la porte-parole du groupe, Clémence Simon.

Qu'en pensez-vous?

1 Réaction

  1. Tatum Crane

    Je suis très fière de voir ses femmes marché pour leur terre afin qu elle soit respecté. Elles sont des leaders positifs pour leurs peuples. Elles montre l exemple qu il faut protéger notre terre mère pour les générations a venir.

Inscription à l'infolettre