Aller directement au contenu
Drapeau de la France

Ni putes ni soumises

par 

Communicatrice de formation, féministe de conviction et actuellement étudiante à la maîtrise afin d'assouvir son besoin de réflexion et de nourrir son désir d'une plus grande justice sociale. Elle a notamment travaillé au sein du Mouvement Desjardins, à la Gazette des femmes et au Conseil du statut de la femme.

Ni putes ni soumises
Site web npns.fr
Fondation 2002
Mission Lutter contre les violences faites aux femmes — notamment dans les quartiers sensibles — et faire valoir les valeurs de laïcité, d’égalité et de respect.
Signature L’égalité partout dans le monde! Ni putes ni soumises (NPNS) mène des opérations coup de poing sur le terrain pour faire bouger les choses. En plus des violences faites aux femmes, le mouvement milite pour l’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et à la contraception, l’affirmation de la laïcité comme socle de la société, l’édiction d’une loi contre le port du voile intégral, la sensibilisation des plus jeunes à la mixité et à l’égalité.
En chiffres
  • 8 000 militants
  • 40 comités au pays
  • 23 000 sympathisants Facebook
  • 450 abonnés Twitter

Ce sont la violence urbaine de 2005 et les émeutes de 2007 à Villiers-le-Bel, en banlieue de Paris, qui ont hélas convaincu le mouvement NPNS de l’urgence de redonner espoir aux habitants des cités. NPNS travaille sur le terrain pour que garçons et filles réapprennent à vivre ensemble, ainsi qu’à l’échelle internationale, notamment pour éveiller l’opinion publique sur la question des femmes congolaises. « Nous n’avons cessé de dénoncer le silence étourdissant dans lequel sont enfermées les Congolaises, alertant l’opinion publique et les médias grâce à des campagnes de sensibilisation […] Il était enfin primordial que nous rendions compte là-bas de ce qu’il se passe ici, en France, concernant les femmes congolaises originaires du Kivu », expliquait Sihem Habchi, présidente du mouvement, dans un reportage publié par Madame Figaro en début d’année.

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre