Aller directement au contenu

Mixité réclamée

par 

Communicatrice de formation, féministe de conviction et actuellement étudiante à la maîtrise afin d'assouvir son besoin de réflexion et de nourrir son désir d'une plus grande justice sociale. Elle a notamment travaillé au sein du Mouvement Desjardins, à la Gazette des femmes et au Conseil du statut de la femme.

En , la présidente du Conseil du statut de la femme, Christiane Pelchat, présentait à la Commission d’enquête sur le processus de nomination des juges du Québec (commission Bastarache) un mémoire portant sur la représentation des femmes dans la magistrature. Dans ce document, le Conseil précise avoir évalué chaque étape du processus de nomination des juges pour finalement conclure à l’absence d’une volonté réelle d’encourager la nomination de femmes à des postes de juge et à un manque d’objectivité. Malgré qu’elles constituent 40 % des membres admissibles à une nomination, les femmes demeurent sous-représentées parmi les juges. De fait, précise le Conseil, si elles n’occupent que 30 % des postes de juges nommés par le gouvernement du Québec, c’est qu’elles subissent encore de la discrimination systémique dans l’accès à la fonction judiciaire. « Et il n’est pas normal que la Charte québécoise des droits et libertés de la personne, porteuse du principe de l’égalité entre les femmes et les hommes, soit interprétée majoritairement par des hommes! » a tenu à préciser Mme Pelchat à la Commission. Le Conseil a donc demandé que le gouvernement adopte des mesures concrètes et immédiates pour contrer la discrimination vécue par les femmes et pour permettre que la magistrature reflète davantage leur présence dans la profession juridique au Québec, évaluée, au sein du Barreau, à 47 %.

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre