Aller directement au contenu

Petit jeu-questionnaire pour tester vos connaissances historiques en matière de Jeux olympiques. Savez-vous quand les premières coureuses ont pu s’élancer dans le stade pour le 800 mètres? Si vous avez répondu , passez votre tour, et promettez de regarder la prochaine cérémonie des Jeux olympiques de Sydney sans manquer une note de fanfare, histoire de vous racheter. Au cas où vous auriez répondu , recevez les compliments de la rédaction. Mais ne triomphez pas trop vite. Il aurait fallu signaler que la seconde édition de cette épreuve n’a eu lieu que 32 ans plus tard, en . En fait, plusieurs des premières concurrentes ont eu un malaise à leur arrivée, et les adversaires du sport féminin ont sauté sur l’occasion pour interdire le 800 mètres, en invoquant la fragile constitution des femmes.

En réalité, l’histoire de l’olympisme ressemble à un interminable pas de deux : chaque danseur avance ou recule au rythme de l’évolution de la société. Durant les quatre premières décennies du siècle, le sport féminin se développe envers et contre une partie du corps médical qui considère les femmes comme inaptes au milieu de la compétition. Ainsi, le basket-ball se joue au début à six joueuses pour limiter les déplacements et diminuer le rythme du jeu. Les athlètes féminines se cantonnent longtemps dans certains sports tels que le patinage artistique, la gymnastique, le plongeon, la natation et l’athlétisme. Même si, au fil des ans, de nouvelles disciplines s’ajoutent, notamment l’aviron, le hand-ball, le hockey et le cyclisme, elles restent encore exclues des sports de combat comme le judo et le taekwondo.

La discrimination ne touche pas seulement le nombre d’épreuves ouvertes aux femmes, mais également, d’une façon plus générale, la proportion de sportives. Les prochains Jeux olympiques de l’an à Sydney établissent d’ailleurs un record avec 38 % d’athlètes féminines en compétition contre 20 % aux Jeux de . L’accent a été mis sur les sports d’équipe en vue d’augmenter rapidement la participation des femmes.

Reste à savoir combien de pays enverront des équipes des deux sexes, puisque, lors des derniers Jeux olympiques d’été, 35 États sur environ 200 n’ont pas présenté d’équipes féminines. Un groupe de pression, baptisé Atlanta Plus, avait d’ailleurs exigé le bannissement des pays qui excluent les femmes de leurs équipes. Une proposition restée lettre morte. Nombre d’États à majorité musulmane, comme l’Iran, préfèrent organiser leurs propres compétitions pour protéger leurs athlètes féminines de la vue des spectateurs. Même si, en Occident, la discrimination se fait plus discrète, il ne faut pas oublier que les hommes dirigent encore la plupart des fédérations internationales sportives, et qu’ils siègent à une majorité écrasante au Comité international olympique (CIO).Bref, on est encore loin du 20 % de participation féminine aux différents comités exécutifs sportifs internationaux promis pour par le CIO.

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre