Aller directement au contenu
Photographie de la piece de théatre Le Grand Saut

La quête de l’équilibre

par 

Communicatrice de formation, féministe de conviction et actuellement étudiante à la maîtrise afin d'assouvir son besoin de réflexion et de nourrir son désir d'une plus grande justice sociale. Elle a notamment travaillé au sein du Mouvement Desjardins, à la Gazette des femmes et au Conseil du statut de la femme.

En , toutes les municipalités du Québec seront en élections. Dans l’intervalle, plusieurs projets ont cours partout dans la province afin d’éveiller l’intérêt des femmes. Le but : augmenter le nombre de candidates. Tour d’horizon par région.

Appuyées notamment par les bureaux régionaux du Conseil du statut de la femme et le Secrétariat à la condition féminine, des tables de concertation de plusieurs régions du Québec ont produit des outils de communication et mis en œuvre des actions concrètes pour faire progresser la représentation des femmes au sein des instances, entre autres en politique municipale. Leur présence y est incontournable et constitue un enjeu démocratique majeur pour nos sociétés. Les femmes représentent 51 % de la population. L’expression et la prise en considération de leur opinion permettent ainsi d’édifier un milieu à l’image de l’ensemble des personnes qui le composent. De plus, le pouvoir leur donne la capacité d’agir, de décider, d’orienter; il est donc nécessaire qu’on atteigne des rapports égalitaires entre les femmes et les hommes. Coup d’œil sur ce que différentes régions ont concocté pour convaincre les potentielles futures élues…

Chaudière-Appalaches

La région de Chaudière-Appalaches compte actuellement une femme pour six postes de conseiller municipal. Peur de l’échec et des critiques, manque d’information et vive inquiétude à l’égard des côtés « malpropres » de la politique figurent au nombre des facteurs qui expliquent ce faible taux de représentation. Puis, après une première expérience, c’est souvent le manque de reconnaissance ainsi qu’une sous-utilisation de leurs compétences qui incitent les élues à décrocher, avance Ève Gallant, agente de développement et de communication au Réseau des groupes de femmes de Chaudière-Appalaches. « Elles sont souvent reléguées à des dossiers dits féminins alors qu’elles ont parfois des connaissances dans un domaine spécialisé, en économie par exemple. »

C’est pourquoi Le Grand Saut, une pièce scénarisée et mise en scène par le Théâtre Parminou il y a trois ans, repart en tournée ce printemps en version actualisée, notamment dans la région de Chaudière-Appalaches. Le scénario propose aux spectatrices de suivre l’histoire de Geneviève qui, sollicitée pour faire partie d’une équipe de conseillers de sa ville, s’éveille à toute une gamme d’émotions. Fera-t-elle ou non le grand saut ? La pièce sera présentée à Lévis le et à Thetford Mines le , à l’initiative du Réseau des groupes de femmes de cette région. Chacune des représentations sera précédée d’une activité de réseautage visant à stimuler l’intérêt des participantes pour la politique municipale; elle leur permettra de créer des liens, d’exprimer leurs appréhensions et de poser des questions.

Centre-du-Québec

De son côté, la Table de concertation du mouvement des femmes Centre-du- Québec a mis à jour sa trousse d’intervention à l’intention des organisations socioéconomiques et communautaires. Conçue en et intitulée Pour vos instances décisionnelles… pensez à ELLES, cette trousse offre une série de moyens à mettre en place pour diminuer les contraintes qui peuvent empêcher les femmes de participer pleinement au développement de leur collectivité. On y trouve également des conseils pour le recrutement et le maintien des femmes à des postes décisionnels ainsi que de l’information sur l’application de l’analyse différenciée selon les sexes (ADS). La mise à jour a permis d’ajouter deux nouvelles fiches à la trousse : l’une sur l’intégration de principes et de politiques d’équité au sein des organismes et l’autre sur l’utilisation du langage épicène. Pour plus d’information : Mouvement des femmes du centre du québec

Capitale-Nationale

Le Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale- Nationale (Portneuf-Québec- Charlevoix) travaille depuis quelques mois à l’émergence d’un réseau d’élues auquel pourront se joindre des femmes intéressées par la politique municipale. Inspirée du Réseau des élues municipales de Montérégie-Est, fondé en , cette nouvelle forme de réseautage vise à encourager les femmes à prendre place dans les conseils municipaux et autres instances. Elle permet également de soutenir les élues dans l’exercice de leur mandat et de défendre le dossier de l’égalité entre les femmes et les hommes en milieu municipal. Le Regroupement effectue ce printemps une tournée dans toutes les MRC de la région afin de mettre en place les ramifications concrètes du Réseau et de stimuler la participation des élues, puisque la force du Réseau repose sur la contribution de chacune de ses membres, estime le fondateur.

Abitibi-Témiscamingue

En , le Regroupement de femmes de l’Abitibi-Témiscamingue a publié le document Les Femmes, un + dans vos instances décisionnelles pour soutenir l’implication des femmes et suggérer des moyens concrets de faire progresser leur représentation en politique municipale.

Quant au Centre de femmes établi sur le territoire du Témiscamingue, il assure avec dynamisme la tenue d’activités liées de près à la présence des femmes en politique municipale. Il a également développé une trousse d’animation intitulée Le Témis, j’y participe !, qui s’adresse à différents mi lieux décisionnels, en plus de mener un sondage auprès des élues pour connaître leurs motivations, les problèmes qu’elles rencontrent dans l’exercice de leurs fonctions et les solutions qu’elles envisagent. Afin d’adapter ses interventions, le Centre a identifié les conseils municipaux comptant sur une participation féminine importante ainsi que ceux où aucune femme ne siège.

Les femmes du Centre travaillent aussi à mettre sur pied un jumelage de conseillères expérimentées et de femmes intéressées à la politique afin d’instaurer une forme de mentorat. Le milieu rural du Témiscamingue compte plusieurs petites municipalités au sein desquelles on trouve 36 conseillères municipales au total. « On peut estimer que plus du quart des conseillères municipales de notre région — ainsi que deux des cinq mairesses — habitent ce territoire, alors que la population du Témiscamingue représente seulement 12 % de la population régionale, note Marie-Josée Marcoux, responsable du bureau régional au Conseil du statut de la femme. Le Centre de femmes compte sur une équipe qui travaille énergiquement à l’amélioration de la représentation des femmes en politique municipale pour qu’elles obtiennent une place significative là où l’on prend les décisions. »

Ce portrait des différents efforts visant à augmenter la représentation des femmes au sein des instances municipales est loin d’être exhaustif. Des initiatives existent dans plusieurs autres régions du Québec. Pour connaître les outils auxquels vous pouvez avoir accès près de chez vous, il vous suffit de vous adresser à la table de concertation ou au regroupement des groupes de femmes de votre région.

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre