Aller directement au contenu
Fillette et son cellulaire.

La cyberdépendance touche autant les filles que les garçons, mais prend différents visages. Alors qu’elles sont plutôt accros aux réseaux sociaux, eux le sont davantage aux jeux vidéo. Avec des effets aussi dévastateurs. Pourquoi, alors, les filles sont-elles si peu nombreuses dans les rapports de recherche et les centres d’aide?

Nous l’appellerons Chloé. Elle a 15 ans et souffrait d’une dépendance à certains réseaux sociaux. Notamment Instagram, qui prenait beaucoup de place dans sa vie. Elle s’était forgé une identité virtuelle qui générait des commentaires positifs sur la Toile. Elle pouvait passer plus de 50 heures par semaine sur Internet. À tel point qu’elle a développé des troubles du sommeil, ne mangeait plus régulièrement, s’isolait, était en échec scolaire…

Inquiète, sa mère lui a retiré son téléphone. Mais Chloé s’était acheté deux autres appareils, cachés, pour assurer la poursuite de ses activités en ligne. En désespoir de cause, ses parents l’ont convaincue de recevoir de l’aide. Elle est entrée au Grand Chemin, un centre de traitement des dépendances, le seul au Québec à inclure un service avec hébergement pour les adolescent·e·s. Elle vient de terminer une thérapie intensive de deux mois. Elle est en cours de réinsertion sociale, suivie individuellement, et participe à des rencontres de groupe.

Entre réseaux sociaux et jeux vidéo

Le cas de Chloé n’est pas exceptionnel. Avec une équipe de recherche, Magali Dufour, professeure au Département de psychologie de l’UQAM et chercheuse à l’Institut universitaire sur les dépendances, a mené une étude sur l’utilisation problématique d’Internet auprès de 4 000 jeunes de Montréal, Québec et Trois-Rivières, âgés de 15 à 18 ans. Un élément qui est ressorti, et qui a surpris la chercheuse, est que le taux de prévalence de la cyberdépendance est le même chez les filles et les garçons : environ 1,4 % de la population étudiée. L’usage, en revanche, est différent.

Magali Dufour

« Les filles ont les mêmes symptômes que les garçons : répercussions négatives sur le sommeil, l’alimentation, l’hygiène personnelle, les relations, les études… Mais elles sont moins aidées, pour des raisons qui demeurent pour nous énigmatiques. »

— Magali Dufour, professeure au Département de psychologie de l’UQAM et chercheuse à l’Institut universitaire sur les dépendances

Soixante-dix pour cent des garçons jouent à des jeux vidéo en ligne, contre 14 % des filles interrogées. Celles-ci sont plus actives sur les réseaux sociaux. Mais une activité n’exclut pas l’autre : 93 % des garçons vont sur ces derniers, contre 96 % des filles. « Une différence néanmoins significative, vu la taille de l’échantillon », souligne Magali Dufour. Quant à la pornographie, 54 % des garçons et 3 % des filles rapportaient en consommer en ligne.

Parallèlement, dans le cadre d’une des rares enquêtes conduites dans des centres d’aide aux personnes vivant de la dépendance, Mme Dufour a étudié le profil de 80 jeunes en cours de traitement pour « cyberaddiction ». Soixante-quinze d’entre eux (95 %) étaient des garçons, accros aux jeux vidéo. « Les filles ont les mêmes symptômes que les garçons : répercussions négatives sur le sommeil, l’alimentation, l’hygiène personnelle, les relations, les études… Mais elles sont moins aidées, observe la chercheuse, pour des raisons qui demeurent pour nous énigmatiques. »

Magali Dufour admet que l’absence d’informations au sujet des filles est inquiétante, mais elle a bon espoir que celles-ci feront l’objet d’études futures. « Pour le moment, le portrait clinique des adolescentes souffrant de cyberdépendance est difficile à établir. Tant qu’elles ne sont pas traitées cliniquement, on ne peut pas le documenter. »

Pourquoi s’occupe-t-on moins des filles?

« Jusqu’à présent, les jeux vidéo ont été davantage étudiés, probablement parce qu’ils existent depuis plus longtemps », rapporte la chercheuse. Elle rappelle que le phénomène examiné est tout récent. Internet est accessible depuis 1997-1998, le téléphone intelligent, la tablette et Facebook existent depuis environ une dizaine d’années.

Elle avance une autre hypothèse pour expliquer l’intérêt supérieur de la recherche pour les garçons. « Quand ils jouent, ils tendent à s’isoler socialement et leurs symptômes de sevrage peuvent être très violents; cela peut alarmer les parents. En revanche, la dépendance des filles semble plus discrète. »

Psychiatre et psychothérapeute au Service d’addictologie des Hôpitaux universitaires de Genève, Yasser Khazaal travaille sur les comportements addictifs liés à Internet et leur impact sur la santé. Lorsqu’il y a usage problématique, les symptômes sont les mêmes chez les filles et les garçons, confirme-t-il. Il y a cependant encore des débats sur la définition de l’usage incontrôlé des jeux vidéo en particulier et d’Internet en général, indique-t-il, même si depuis cet été, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) intègre le « trouble du jeu vidéo » dans sa classification des maladies. Le Dr Khazaal fait valoir que le terme cyberdépendance englobe des comportements très variés. « On ne trouve pas la même dynamique dans les réseaux sociaux, les sites de rencontres, la pornographie, ou même d’un jeu vidéo à l’autre. »

Selon lui, la faible présence des filles dans les centres d’aide pourrait être liée à l’organisation de ces structures – comme elles reçoivent habituellement plus d’hommes que de femmes, cela peut les rendre moins attentives aux besoins de ces dernières – ou à une communication des offres de services plus orientée vers les jeux vidéo, dans lesquels les filles se reconnaissent moins. « L’une des conséquences d’un usage problématique d’Internet est le déclin de la performance scolaire, souligne le psychiatre. Il est hélas possible que la famille, dans certaines cultures, soit davantage préoccupée par l’échec d’un fils que par celui d’une fille, et soit plus portée à chercher de l’aide pour celui-ci. »

Par ailleurs, certains parents préfèrent voir leur adolescente en ligne à la maison que hors ligne à l’extérieur, relève-t-il. Enfin, certains jeux vidéo auxquels jouent les garçons – tels que des jeux en grand groupe ou avec des mises en scène violentes – peuvent apparaître plus inquiétants aux yeux des parents que les réseaux sociaux où ils sont eux-mêmes présents, comme Facebook.

Yasser Khazaal

« L’une des conséquences d’un usage problématique d’Internet est le déclin de la performance scolaire. Il est hélas possible que la famille, dans certaines cultures, soit davantage préoccupée par l’échec d’un fils que par celui d’une fille, et soit plus portée à chercher de l’aide pour celui-ci. »

— Yasser Khazaal, psychiatre et psychothérapeute au Service d’addictologie des Hôpitaux universitaires de Genève

Coordonnateur des services professionnels au Grand Chemin, Miguel Therriault travaille sur le terrain. Sept pour cent de sa clientèle est en traitement pour cyberdépendance. « Lorsqu’un·e jeune arrive chez nous, la situation est déjà grave, précise-t-il. Sur la vingtaine d’adolescent·e·s qui nous ont été envoyé·e·s par les centres intégrés en santé et services sociaux au cours de l’année, quatre étaient des filles, dont deux “gameuses”. Au Québec, de façon générale, on rejoint moins les filles. On cherche actuellement à comprendre pourquoi, pour que les services soient plus accessibles pour elles. » Parce que les conséquences fonctionnelles de cette forme de dépendance les concernent autant que les garçons.

Avides de valorisation

Les causes aussi sont les mêmes chez les deux sexes, constate-t-il. Le grand intérêt des jeux vidéo et des réseaux sociaux est de procurer aux jeunes une rétroaction positive des personnes avec qui elles et ils sont en relation en ligne. « Le nombre de pouces en l’air, de points ou de personnes qui suivent l’ado est une grande source de valorisation. » À cet âge où l’identité se développe beaucoup à travers le regard des autres, les jeunes sont fragiles et accordent une grande importance à cette rétroaction. « Ces médias peuvent leur procurer une reconnaissance énorme qu’elles et ils n’obtiennent pas hors ligne, explique Miguel Therriault. Si sa vie réelle est dévalorisante, voire douloureuse, et que celle en ligne est valorisante, l’ado risque de surinvestir cette dernière. »

Le coordonnateur observe que généralement, sur les réseaux sociaux, les garçons se font valoir par leur performance dans les jeux vidéo, tandis que les filles se valorisent à travers leur apparence.

Cette période est aussi celle où on fait face à toute une série de premières fois, poursuit-il. Et si on vit en ligne, on risque de rater ces précieuses expériences formatrices. « L’ado qui passe énormément de temps devant un écran manque ces premières fois, et ne développe pas un paquet d’habiletés sociales. On note ainsi une certaine immaturité sociale chez ces jeunes. »

Miguel Therriault

« Au Québec, de façon générale, on rejoint moins les filles. On cherche actuellement à comprendre pourquoi, pour que les services soient plus accessibles pour elles. »

— Miguel Therriault, coordonnateur des services professionnels au Grand Chemin, un centre de traitement des dépendances

La stratégie pour s’en sortir est la même pour les deux sexes. En gros, il s’agit de réinstaurer une saine hygiène de vie, de développer les habiletés relationnelles nécessaires au fonctionnement social, de désamorcer certaines distorsions cognitives qui maintiennent l’adolescent·e dans l’isolement, de reconstruire un horaire de vie où elle ou il est en mesure de combler adéquatement ses besoins et de développer des habiletés d’autocontrôle qui lui permettront de maintenir ses acquis, énumère Miguel Therriault. Il souligne que l’implication et le soutien de la famille sont un facteur important dans le rétablissement des adolescent·e·s dépendant·e·s.

Nouvelle encourageante pour les filles : il affirme qu’« en ce qui concerne les dépendances en général, y compris celles à Internet, elles sont plus nombreuses à terminer les programmes d’aide mis en place au centre Le Grand Chemin ».

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre