Aller directement au contenu

Mobilisation Pancanadienne

par 

Communicatrice de formation, féministe de conviction et actuellement étudiante à la maîtrise afin d'assouvir son besoin de réflexion et de nourrir son désir d'une plus grande justice sociale. Elle a notamment travaillé au sein du Mouvement Desjardins, à la Gazette des femmes et au Conseil du statut de la femme.

Fondée en juin dernier à l’Institut Simone de Beauvoir de l’Université Concordia à Montréal, Femmes universitaires pour la justice est une association indépendante, sans but lucratif, qui vise à promouvoir l’égalité des femmes dans les universités et les collèges au Canada. Ses fondatrices, les professeures Agnès Whitfield et Anne Marie Miraglia, précisent que l’association veillera de près à ce que les établissements d’enseignement canadiens respectent les engagements du Canada en vertu de la Convention des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination contre les femmes.

Les actions de l’association, qui regroupe des étudiantes, des membres du personnel de soutien, des professeures et des chargées de cours, s’élaborent autour de quatre axes d’intervention : promouvoir la sécurité des femmes sur le campus, lutter contre le harcèlement sexuel et psychologique, s’assurer que les femmes ont un accès égal aux possibilités d’avancement professionnel et faire reconnaître la diversité et la richesse de leurs contributions à la recherche. « Étudiantes, chargées de cours, professeures, nous continuons d’être les cibles d’assauts, de harcèlement et d’intimidation. Et, nonobstant leurs déclarations publiques en faveur de nos droits, l’absence d’écoute et l’inertie de nos syndicats sont aberrantes », explique Agnès Whitfield. Bref, autant de situations qui justifient la création d’une association pancanadienne capable de mobiliser les efforts des femmes et d’apporter un soutien stratégique à celles qui poussent leur cause devant les tribunaux.

Avis est donné : les membres de Femmes universitaires pour la justice s’affairent à constituer un palmarès des universités et des syndicats qui affichent des pratiques exemplaires sur le plan de la protection des droits des femmes et de leur sécurité, lequel sera publié sur le site Internet de l’association. Des statistiques y seront également compilées… et des prix citron, décernés!

En complément d’information:

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre