Aller directement au contenu

« J’ai plein d’amies comédiennes qui se plaignent du manque de rôles féminins intéressants », dit l’auteure Chantal Cadieux. Alors, elle en fait naître.

Petite fille, Chantal Cadieux voulait être comédienne ou chanteuse, sans doute pour faire rêver les gens. Adolescente, elle rêvait d’être médecin pour guérir le monde entier. Puis, elle a commencé des études en droit pour contribuer à faire régner la justice… Aujourd’hui, l’auteure qu’elle est devenue crée des personnages qui entreprennent, en douce, tout ce qu’en une seule vie Chantal Cadieux n’aurait pu accomplir!

Ses pièces tiennent l’affiche de nombreux théâtres d’été : Urgent besoin d’intimité; Un homme en soie; Mal de mères; On court toujours après l’amour et sa nouvelle création, Amies à vie . A la télévision, Chantal Cadieux collabore avec Claude Fournier à l’écriture du téléroman Ent’Cadieux . Son talent s’est également manifesté en littérature-jeunesse : son premier roman a été publié alors qu’elle n’était encore qu’une adolescente. A l’époque, elle écrivait en secret, n’osant même pas rêver qu’elle puisse un jour gagner sa vie grâce à sa plume. Puis, elle se décide : elle note le nom d’un éditeur et lui envoie son premier manuscrit… qui est accepté sur-le-champ. « J’en ai tout de suite écrit un deuxième. J’étais partie pour la gloire! »

Enfin, pas tout à fait pour la gloire, mais certainement pour une carrière prolifique. Depuis sa sortie de l’option écriture dramatique de l’École nationale de théâtre, Chantal Cadieux a signé sept pièces en cinq ans. Les critiques l’ont parfois qualifiée de « phénomène » Parfois, aussi, ils l’ont durement jugée. L’auteure en rit : « Je trouve ça triste pour ceux qui s’entêtent à me dire que je devrais changer de carrière, parce que sitôt la critique passée, j’oublie leur conseil! »

Un critique lui a récemment reproché de créer des personnages masculins sans consistance, comparativement à des personnages féminins plus approfondis. « Je donne naissance surtout à des personnages de femmes et c’est tant mieux, rétorque-t-elle. J’ai plein d’amies comédiennes qui se plaignent du manque de rôles féminins intéressants et importants… »

Dans sa nouvelle pièce, Amies à vie, les femmes ont le beau rôle, les comédiennes aussi. Nicole Leblanc et Pauline Martin campent deux amies qui se retrouvent à un tournant de leur vie. L’une a embrassé tôt la carrière de mère à temps plein et d’épouse sage; l’autre a roulé sa bosse longtemps avant d’enfanter. Toutes deux sont désormais célibataires et… de moins en moins mères! « Elles deviennent colocataires et c’est le party, raconte Chantal Cadieux. Si bien que leurs fils de 20 ans sont apeurés : « Où sont passées nos mères? », s’inquiètent-ils.

A 27 ans, Chantal Cadieux a fait du chemin, grâce à des gens comme Gilbert Lepage, comédien et metteur en scène qui lui commande presque toutes ses pièces, mais surtout grâce à son audace mêlée de naïveté, qui la pousse à foncer là où d’autres reculent. L’auteure se permet tout, même de porter des vêtements conçus pour de grandes femmes par des designers, elle qui mesure seulement 1, 67 m. « Dans mes pièces, je ne manifeste pas de volonté féministe de changer des affaires, explique-t-elle. Je crois que c’est dans la vie de tous les jours qu’il faut apporter des changements. Ainsi moi, j’ai arrêté de me dire que la mode n’était réservée qu’aux grandes. J’achète ce qui me plaît! »

Avec son grand veston qui lui descend jusqu’au milieu des cuisses, Chantal Cadieux apporte sa petite contribution à la guerre contre les stéréotypes. Mais là s’arrête son combat. « Il y a désormais une harmonie entre les sexes, croit-elle. Tout n’est pas parfait, l’injustice touche encore les femmes, mais les gars d’aujourd’hui sont tout autant tiraillés que les filles. Personne n’a de modèle ».

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre