Aller directement au contenu
Photographie d'une dame âgée dans un fauteuil roulant.

Vieillir en santé

par 

Communicatrice de formation, féministe de conviction et actuellement étudiante à la maîtrise afin d'assouvir son besoin de réflexion et de nourrir son désir d'une plus grande justice sociale. Elle a notamment travaillé au sein du Mouvement Desjardins, à la Gazette des femmes et au Conseil du statut de la femme.

Le Conseil du statut de la femme a publié cet automne l’étude Des nouvelles d’elles. Les femmes handicapées du Québec, qui s’ajoute aux trois autres guides de cette collection amorcée en 1999 avec Les femmes âgées du Québec, suivi par Les jeunes femmes du Québec (2002) et Les femmes immigrées du Québec (2005). À l’aide de statistiques et de données qualitatives, cet ouvrage jette un regard sur la réalité des Québécoises qui vivent avec une incapacité définie, dans l’Enquête sur la participation et les limitations d’activités de Statistique Canada (EPLA, 2006), comme étant « une limitation d’activités ou une restriction rattachée à un état physique ou mental ou à un problème de santé ». Selon l’EPLA, ces femmes représentent 11,1 % de la population féminine au Québec.

L’ouvrage réalisé par le Conseil dresse un portrait de leurs conditions de vie en répondant, statistiques à l’appui, aux questions suivantes : Qui sont-elles? Où vivent-elles? Avec qui? Que font-elles? Comment font-elles? Comment vont-elles? Que veulent-elles? Entre autres objectifs, ce document souhaite rendre visible la réalité de ces Québécoises dans le but d’inspirer les politiques sociales qui pourraient mieux les outiller et favoriser leur inclusion dans la société.

Les données colligées montrent notamment que les Québécoises avec incapacité sont fortement défavorisées. Près du quart sont membres d’un ménage à faible revenu, une proportion supérieure à celle des hommes dans la même condition. En outre, le travail leur est moins accessible; on leur refuse plus souvent de réaménager leur environnement de travail, ce qui les empêche de s’investir dans un emploi rémunéré. Pas étonnant que le manque d’argent les pousse à se priver de soins de santé et de médicaments ou à réduire la fréquence de la prise de ces derniers.

L’inclusion des femmes avec incapacité ressort comme un enjeu majeur pour la société québécoise. Ce document rappelle aussi que l’apparition d’une incapacité guette les femmes aînées, le vieillissement étant l’une des principales causes des limitations chez la population féminine. Il importe donc que la société québécoise s’outille pour permettre aux femmes de vieillir en santé, sans incapacité.

FAITS SAILLANTS

  • La maladie et le vieillissement sont le plus souvent à la source de l’incapacité des Québécoises.
  • Dans l’ensemble du Québec, 33,3 % des femmes de plus de 65 ans ont une incapacité.
  • La proportion de veuvage est élevée chez les femmes avec incapacité (29,7 %) comparativement à celles vivant sans incapacité (6,8 %).
  • Seulement 35,8 % des femmes âgées de 15 à 64 ans avec incapacité détenaient un emploi en 2006. C’est beaucoup moins que chez les femmes sans limitation (67,9 %) et moins que chez les hommes avec incapacité (44,9 %).
  • Les femmes avec incapacité et ayant des difficultés à participer aux activités de leur vie quotidienne sont confinées à leur demeure dans une proportion de 50,5 %

Gros plan sur les régions

Le Conseil du statut de la femme a également produit de précieux outils d’information qu’il a publiés sur son site Internet. Il s’agit de fiches socioéconomiques en matière d’égalité entre les femmes et les hommes qui compilent des données statistiques et factuelles de 17 régions du Québec et des 3 territoires de la Conférence régionale des élus (CRÉ) de la Montérégie. Ces données sont extraites des portraits régionaux publiés en 2010, enrichis d’une analyse régionale comparative.

La réalisation de cette série de documents s’inscrit dans la foulée d’une restructuration effectuée à la Direction des bureaux régionaux, achevée en 2010. Celle-ci s’est notamment traduite par un regroupement des régions visées par l’action du Conseil en quatre territoires : Québec, Montréal, Saguenay et Rouyn-Noranda. Suivant cette réorganisation, les responsables régionales ont réalisé un diagnostic dans le but d’établir un portrait de la situation socioéconomique de chacune des régions en plus de faire ressortir les similitudes et les différences au sein d’un même territoire.

Au départ destinées à nourrir la connaissance terrain des responsables régionales avant la mise en branle d’une tournée d’information et à orienter leurs actions futures, ces fiches socioéconomiques se sont révélées si riches en information que l’idée de les rendre accessibles à tous les partenaires des différents milieux régionaux est devenue incontournable. Outre des données statistiques, elles présentent diverses actions structurantes réalisées par les partenaires du milieu qui favorisent l’amélioration des conditions de vie des femmes dans chacune des régions.

Qu'en pensez-vous?

1 Réaction

  1. Pascale Roussin

    Merci Nathalie pour cet article. Boulversant!

    La route sera encore longue encore avant de vaincre tous ces bobos de société mais grâce à de l’infomration aussi pertinente et interressante que celle-ci, on a le goût de devenir des femmes  » plus+ engagées  » envers cette cause de femmes handicapées. Je connais le portrait, pour le vivre dans mon entourage.

    Merci encore !

    Pascale

Inscription à l'infolettre