Aller directement au contenu

Chantal Lepage enseigne le karaté à Sherbrooke à des groupes composés uniquement de femmes. Au-delà de l’initiation à un art martial millénaire, elle leur propose la maîtrise d’une solide technique d’autodéfense; chaque geste est pratiqué et répété jusqu’à la création d’automatismes bien ancrés. Advenant une agression, la riposte pourra ainsi surgir avec aplomb pour désarçonner l’adversaire. C’est du moins le but recherché , même si aucune formation d’autodéfense ne rend invincible.

Au programme : coups de poing, coups de pied, techniques de blocage, de chute et de redressement, réactions au sol, raffermissement musculaire. La professeure simule toutes les attaques possibles, recourt aux effets de surprise, élève le ton, provoque ses élèves et les incite à sortir de leur réserve. « Beaucoup de femmes hésitent à entrer dans une certaine agressivité , pourtant nécessaire au moment de se défendre. Elles doivent apprendre à crier leur colère et à vouloir faire mal à un homme qui s’en prend à elles. » Loin d’être une séance de furies, l’heure et demie se déroule dans la complicité et avec l’idée de développer une seconde nature plus sûre de soi.

À noter qu’il n’est pas nécessaire d’afficher la meilleure forme physique pour se joindre au groupe. Les mouvements et les « empoignades » respectent le rythme de chacune. Peu importe l’âge et l’état de santé , l’objectif premier est de ne plus figer en cas d’alerte et de demeurer vigilante sans en faire une obsession. Les cours se donnent en semi-privé (quatre participantes) ou en groupes plus nombreux. Deux cours d’une heure par semaine coûtent 30 $ par mois. Il est possible de joindre le groupe à n’importe quel moment de l’année.

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre