Aller directement au contenu

Une rue sombre et déserte. Des pas derrière soi. Quelle femme n’a jamais ressenti l’impression glaçante d’être suivie par un éventuel agresseur ? « On ne respire plus, on quitte la réalité, on se voit morte », raconte Mireille Brais, directrice générale du Cran des femmes. C’est la paralysie. Pourtant, selon elle, chacune de nous a la capacité de réagir et de retrouver « la tigresse en soi ». Pour aider les femmes à s’approprier leur quartier et leur ville, l’organisme montréalais voué à la prévention de la violence propose des tours guidés qui permettent d’apprivoiser un circuit pédestre. L’objectif : repérer les ressources d’aide en cas de besoin et, de façon générale, apprécier la marche au grand air plutôt que de subir une menace diffuse.

Ainsi, le simple fait de connaître certaines artères mieux éclairées et quelques commerces ou stations d’essence « 24 heures » sur le trajet emprunté chaque soir peut contribuer à dédramatiser l’atmosphère. « Mais avant tout, nous encourageons les femmes à se fier à leur instinct et à écouter le malaise qu’elles éprouvent à l’approche d’un éventuel danger. Demeurer dans le réel, bien respirer, ne pas nier l’intuition et passer à l’action. » Par exemple, changer de trottoir, courir, chercher de l’aide et, au besoin, utiliser des techniques d’autodéfense. Si l’homme suit en voiture, il peut être indiqué de s’enfuir en faisant volte-face, car l’automobiliste ne peut exécuter la même manœuvre aussi rapidement. Les organisatrices passent donc en revue une série de moyens pour éviter de demeurer passive en espérant que l’autre… va passer son chemin.

Le tour guidé débute par un bref exposé sur différents outils permettant d’accroître la confiance en soi (attitudes, techniques respiratoires, réflexes). Par la suite, les participantes sortent dans la rue pendant un peu plus d’une heure pour « regarder l’espace, se déplier et relever la tête ». Sur le mode d’une excursion entre copines, on s’attaque sérieusement à des frayeurs bien connues.

Le Cran des femmes fait la promotion d’une société sans violence depuis plus de 20 ans. L’organisme offre les tours guidés sur demande, à Montréal et à Québec. Les circuits sont dessinés selon les besoins et pour des groupes limités à huit participantes. Le coût varie de 500 à 800 $. Au besoin, l’organisme indique aussi aux groupes intéressés comment rechercher du financement (auprès d’un employeur ou d’un syndicat, par exemple).

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre