Aller directement au contenu

« J’ose demander ce que je vaux. » Le titre de la conférence donnée par Claire L’Heureux, directrice de la Coopérative de développement régional de la Montérégie, reflète bien l’hésitation de nombreuses entrepreneures à demander aux clients le prix réel du travail ou du service qu’elles fournissent. Pour contrer cette timidité, la conférencière suggère une réflexion d’une durée de une à trois heures sur l’excellente performance des femmes en affaires au Québec et, en parallèle, sur les raisons de leur manque d’assurance au moment de présenter la facture. « Entre autres motifs, les femmes sont souvent guidées davantage par le souci d’être utiles socialement que par la rémunération. De plus, elles assument les obligations familiales en même temps que leurs responsabilités d’entrepreneures, ce qui leur laisse peu de temps pour se constituer un réseau et connaître les prix du marché. » Pour bien connaître sa propre valeur, Claire L’Heureux insiste sur la nécessité de définir rigoureusement son plan d’affaires et ses objectifs de revenus. « Mais attention, je ne donne pas d’échelles de tarifs. Pour cela, rien ne vaut un dîner entre gens d’affaires pour en discuter. Les hommes ont, plus que les femmes, le réflexe de rentabiliser l’heure du lunch… »

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre