Aller directement au contenu

La première vague féministe rassemble les différents groupes qui se sont mobilisés à la fin du 19e et au début du 20esiècle pour obtenir le droit de vote des femmes. Également appelée  » mouvement des suffragettes « , elle visait principalement la réforme des institutions afin de rendre les femmes égales aux hommes en droits.

La deuxième vague déferle dans les années . Bien que de nombreux groupes aux idées parfois très différentes aient vu le jour à cette époque, la deuxième vague est souvent associée au féminisme radical. Les femmes ont alors milité contre la violence et pour le libre choix de la contraception et de l’avortement. Ce féminisme dénonce également le patriarcat, système de domination qui légitime les places de pouvoir en fonction du sexe.

La réflexion issue de ces groupes permettra la naissance de la troisième vague dès les années . Celle-ci remet en question l’homogénéité du féminisme comme un tout unique concernant l’ensemble des femmes qui, par définition, seraient blanches, hétérosexuelles et éduquées. Plusieurs théories intègrent les différences vécues par les femmes pauvres, les femmes de couleur, les lesbiennes, etc. La notion de pouvoir n’est plus conçue de manière hiérarchique et binaire, mais plutôt circulaire, et les catégories de genre — homme-femme — sont reconsidérées et permettent l’émergence des théories queer(en contestant la fixité des catégories sexuelles — gais, lesbiennes, bisexuels, transgenres, travestis –, le mouvement queer soutient qu’elles peuvent être endossées selon les individus, mais aussi selon les mouvements de la vie). Le sexe comme élément positif est aussi une caractéristique de cette troisième vague, dont certains groupes revendiquent le droit au travail du sexe ou à la pratique de la pornographie.

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre