Aller directement au contenu
Photographie d'une jeune fille

« Plus une fille de 12-13 ans est grosse, moins il y a de probabilités qu’elle ait une relation sexuelle avant ses 15 ans. »

Annabelle a 14 ans. Elle passe ses soirées à clavarder avec ses copines et commence à reluquer les garçons. Une adolescente comme les autres, quoi. À un détail près : elle a un surplus de poids, comme 11 % des filles de son âge. Conséquence : alors que certaines de ses camarades ont déjà eu des relations sexuelles, elle non. Annabelle est deux fois moins susceptible de « passer à l’acte » avant l’âge de 15 ans que ses copines minces.

Annabelle est un personnage fictif. Les chiffres, eux, sont bien réels et proviennent de l’étude Relations sexuelles précoces, publiée par Statistique Canada. « Plus une fille de 12-13 ans est grosse, moins il y a de probabilités qu’elle ait une relation sexuelle avant ses 15 ans », confirme l’auteur, Didier Garriguet. Pour celles dont le poids est normal, la probabilité est deux fois plus élevée. Fait surprenant, la corpulence n’entre pas en ligne de compte chez les garçons.

Didier Garriguet a recensé d’autres différences selon le sexe. « Chez les filles, la province de résidence, l’âge de la puberté, une faible estime de soi, la consommation de tabac et d’alcool et un poids normal sont des facteurs qui ont un impact sur l’âge des premiers rapports intimes. Par contre, chez les garçons, ce sont l’âge plus avancé (ils ont leur première relation sexuelle plus tardivement que les filles), la mauvaise relation avec les parents, le milieu à faible revenu et l’usage du tabac qui reviennent. » Fait à noter, c’est au Québec que l’on trouve les jeunes les plus précoces. Plus de 20 % des Québécoises âgées de 14-15 ans affirment avoir déjà fait l’amour. La proportion s’élève à 16 % chez leurs copains. Des chiffres qui se situent bien au-dessus de la moyenne canadienne, soit 12 % pour les garçons et 13 % pour les filles.

Relations sexuelles précoces, Didier Garriguet, Rapport sur la santé, vol. 16, no 3, .

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre