Aller directement au contenu

Plusieurs routes mènent à la prostitution. Geneviève Quinty, coordonnatrice de l’animation au Projet intervention prostitution Québec, explique le mode d’opération classique des recruteurs de filles.

« Ça peut arriver à toutes les filles, même à celles qui ont un parcours sans fautes. Les gars ne recrutent pas en mettant un gun sur ta tête ! Ils ont une arme bien plus efficace : la séduction. Tu rencontres un gars. Dans le bus ou dans un bar, dans un party, le jour, le soir, sur le trottoir, ça peut être n’importe quand et n’importe où. Il est un peu plus vieux que toi, il a beaucoup d’argent dans ses poches, une belle auto… Très vite, il se met à te faire des beaux cadeaux : des vêtements, des bijoux, etc. Il te dit que tu es merveilleuse, unique. Il est parfait. Trop parfait. Toi, tu ne sais rien de précis sur lui. Pas moyen de savoir d’où il vient, s’il a des frères ou des sœurs, il est même discret sur son nom de famille et son âge. Son travail ? C’est flou. Autour de lui, tout est flou.

Un jour, il te dit qu’il a une passe difficile. Il se demande si, peut-être, tu pourrais l’aider, juste une fois : un de ses chums sera en ville en fin de semaine, un gars trippant, tu pourrais l’accompagner pour qu’il ne s’ennuie pas trop… Ou il te demande de danser devant quelques amis qui te paieront. Si tu ne veux pas, il sait quoi dire : “Mon Dieu, je te demande pas la lune. Je pensais que tu avais plus de maturité que ça.” Ces gars sont les rois du chantage émotif ! Au début, tout n’est pas nécessairement noir. Tu es en amour, tu fais partie d’une gang, c’est l’fun ! Mais ça se gâte très vite. Il ne faut pas oublier une chose : dans ces gangs, les filles ne sont là que pour rentrer de l’argent et assouvir les désirs des gars. C’est très macho comme mentalité. Il y a aussi des filles qui recrutent. Elles vont se lier d’amitié avec toi, t’offrir de la dope. Quand tu seras accrochée et que tu auras besoin d’argent, elles vont te faire rencontrer leur chum, qui va te trouver des clients. Se sortir du piège est très compliqué. Les gars sont insistants, habiles et parfois menaçants.

L’idée n’est pas de te méfier de tout le monde. Il faut juste se fier à sa petite voix en dedans, à son intuition : si on sent quelque chose de louche dans le comportement d’un gars, il faut s’écouter. On a souvent raison. Des vraies histoires d’amour à travers, dis-tu ? Désolée de te décevoir, mais moi je n’en ai jamais vu. Ce qui se passe entre un gars comme ça et une fille, c’est surtout pas de l’amour. »

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre