Aller directement au contenu

Les voies de l’information

par 

Marie Lachance a été journaliste indépendante et rédactrice à la pige pendant plus de 20 ans. Historienne de l’art de formation et petite-fille d’une féministe de la première heure, c’est en 1998 qu’elle rédige un premier article pour la Gazette des femmes. En être aujourd’hui la rédactrice en chef lui fournit l’occasion de braquer les projecteurs sur les inégalités de sexes qui persistent toujours ; et d’apporter une modeste pierre à l’édifice du féminisme.

En , le Commissaire à la santé et au bien-être du Québec a publié l’avis Informer des droits et sensibiliser aux responsabilités en matière de santé. « Dans un premier temps, nous avons voulu porter à l’attention du ministre [de la Santé et des Services sociaux] différents moyens déjà mis en branle pour informer adéquatement les gens de leurs droits en santé, par exemple par des organismes communautaires, et qui se sont révélés efficaces », explique Ghislaine Cleret de Langavant, coauteure de l’avis.

Parmi ces nombreux exemples, on trouve le 2-1-1, un service téléphonique centralisé qui oriente les gens des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches vers des ressources communautaires qui répondent à leurs besoins. Mentionnons aussi une formation sur le sida qui s’adresse aux femmes autochtones victimes de violence ou ayant subi une agression sexuelle. Ou la formation L’autre côté de la pilule, qui s’intéresse à la médication en santé mentale et dont l’objectif est d’actualiser le droit au consentement et d’améliorer la compréhension et le contrôle de la médication.

« Ces pratiques efficaces doivent servir d’exemples. Mais ce dont le Ministère doit s’assurer, dans un deuxième temps, c’est que les gens puissent actualiser leurs droits. On ne peut pas dire à une personne “Informe-toi de tes droits” si on ne lui montre pas comment elle peut s’en informer », soutient Mme Cleret de Langavant.

Par ailleurs, l’avis recommande que les intervenants en santé soient eux-mêmes informés des droits des patients, ce qui ouvrirait la voie à un rapport patient-intervenant plus égalitaire. Souhaitons qu’au Ministère, on porte une oreille attentive à l’ensemble de ces recommandations.Pour plus d’informations visitez le site du commissaire à la santé et au bien-être sous l’onglet publication

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre