Aller directement au contenu

5 questions sur l'égalité à Alice Morel-Michaud

Photo : © Andréanne Gauthier

À 21 ans, la comédienne Alice Morel-Michaud rayonne au petit comme au grand écran depuis plus de 15 ans déjà! Après une première apparition à la télé en , elle décroche un an plus tard (à l’âge de 6 ans!) le rôle d’Aurore dans le long-métrage du même nom. Elle a depuis interprété plusieurs personnages importants, notamment dans la populaire série jeunesse Subito texto, diffusée sur les ondes de Télé-Québec, et dans la série L’Heure bleue à TVA. En , Alice personnifie Julie Morneau dans le film Les pee-wee 3D : l’hiver qui a changé ma vie, un rôle pour lequel elle a été récompensée aux Young Artist Awards et en nomination aux prix Écrans canadiens. En , elle incarne le même personnage dans Junior majeur, la suite de Pee-wee 3D. Alice partage aujourd’hui avec nous sa vision affirmée de l’égalité et d’un féminisme nécessaire!

Logo de la Gazette des femmes

Quelle est la personnalité féministe qui vous inspire le plus?

Alice Morel-Michaud.

L’élue américaine Alexandria Ocasio-Cortez. C’est une femme de ma génération qui ose quotidiennement remettre en question les décisions d’hommes en position de pouvoir, qui ont parfois le double de son âge. Je trouve sa détermination inspirante et ça me motive à m’impliquer dans ma propre communauté. De plus, elle partage sur ses réseaux sociaux d’autres aspects de sa vie qui la passionnent, comme le jardinage, par exemple. C’est la preuve qu’une femme forte et puissante n’est pas seulement définie par ce qu’elle accomplit sur le plan professionnel. En plus de m’inspirer en raison des luttes qu’elle mène, elle m’aide à cerner et à accepter mon identité en tant que jeune femme qui est suivie par une grande communauté sur les réseaux sociaux, ce qui peut parfois être étourdissant

Trois mots ou expressions qui décrivent le féminisme pour vous?

Intersectionnalité, liberté de choix, inclusion.

Je suis féministe parce que…

Je n’ai pas le choix de l’être. Je refuse d’être complice de la déshumanisation de la moitié de la population. J’ai la chance d’avoir plusieurs droits et privilèges que des millions d’autres femmes n’ont pas, c’est donc mon devoir de ne jamais abandonner la lutte tant que nous ne serons pas collectivement libérées des paramètres qui nous ostracisent

Quand j’entends […], les veines me sortent du cou

« Voyons, es-tu dans ta semaine? » C’est une façon facile de réduire les idées et les propos d’une femme à des caprices qui seraient liés à ses hormones.

Les femmes qui prennent la parole dans les médias sociaux sont souvent la cible des misogynes. Avez-vous déjà reçu des messages sexistes ou violents?

Je pense que, malheureusement, ça va de soi pour toutes les femmes qui prennent la parole publiquement, encore plus pour celles qui souffrent d’autres discriminations. Il suffit de poser la question aux femmes de son entourage pour réaliser qu’elles sont toutes victimes de commentaires misogynes, à des degrés différents. Je ne connais aucune femme n’ayant jamais reçu de photos intimes non sollicitées, par exemple.

Commentaire

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre