Aller directement au contenu

Santé reproductive et santé trans : plaidoyer pour l’autonomie

La montée de la droite et des populismes, ces dernières années, a amené une remise en question des acquis féministes. En Iowa, une compagnie d’assurance peut dorénavant refuser, en toute légalité, de payer pour la transition médicale des personnes trans. En Alabama, il est désormais illégal de recourir à l’avortement. Plusieurs autres États américains envisagent – ou ont introduit – des mesures semblables. Le gouvernement fédéral américain a par ailleurs récemment donné son feu vert à la discrimination envers les personnes trans dans le domaine de la santé.

Bien que ces politiques effrayantes soient à leur paroxysme chez nos voisins du sud, un phénomène similaire fait surface au Canada. Maxime Bernier a depuis peu indiqué son ouverture à la reprise des débats sur l’avortement et, même si Andrew Scheer a pris position contre la réouverture de ces discussions, on semble assister à un renouveau du mouvement anti-choix chez les conservateurs.

En Ontario, l’opposition de Doug Ford à l’éducation sexuelle inclusive a réanimé les peurs que son gouvernement adopte des positions antitrans, et nous attendons toujours de voir s’il révisera les limites du financement accordé pour les mastectomies chez les hommes trans. Au Québec, mentionnons qu’en plus de la remise en question des acquis, plusieurs soins de transition nécessaires ne sont pas couverts.

Remettre en cause l’adéquation entre le genre, le rôle familial et l’anatomie

À première vue, la mise en parallèle de la santé reproductive et de la santé trans peut sembler curieuse. Certains groupes autodéclarés féministes vont même jusqu’à s’opposer aux avancées des mouvements trans sous prétexte que ceux-ci portent atteinte aux intérêts des femmes cisgenres, c’est-à-dire qui ne sont pas transgenres. Pourtant, il y a un énorme potentiel d’alliance entre les luttes pour la santé reproductive et pour la santé trans, notamment parce que plusieurs hommes trans et personnes non-binaires luttent pour l’accès à l’avortement et à la transition médicale.

Ce parallèle entre l’accès à la transition médicale et à l’avortement a été tracé il y a presque 20 ans par la militante trans et intersexe Emi Koyama dans son article « The Transfeminist Manifesto ». Elle y souligne que « l’opposition à nos choix personnels est motivée en partie par le tabou social contre l’autodétermination de nos organes reproductifs : comme les femmes cherchant un avortement, nos corps sont devenus un territoire ouvert, un champ de bataille ».

La vocation naturelle de la femme consisterait dans sa fonction reproductrice, associée à son rôle social. Tant l’avortement que les changements touchant les traits dits sexués – et surtout reproducteurs – sont diamétralement opposés à cet idéal social.

Koyama note un point de contact entre la santé reproductive et la santé trans : le modèle reproductif des rôles sexués. C’est cette conception sociale voulant que la femme cisgenre soit responsable des enfants et l’homme cisgenre le pourvoyeur principal qui sous-tend de grands pans de la militance conservatrice.

Pour les personnes qui y adhèrent, cette conception est tout ce qu’il y a de plus normal : la vocation naturelle de la femme consisterait dans sa fonction reproductrice, associée à son rôle social. Tant l’avortement que les changements touchant les traits dits sexués – et surtout reproducteurs – sont diamétralement opposés à cet idéal social. L’avortement bouscule l’obligation morale de reproduction, alors que la transition médicale remet en question l’adéquation normative entre le genre, le rôle familial et l’anatomie.

L’autonomie au cœur du débat

Si les luttes pour la santé reproductive et trans se heurtent à l’appel à la reproduction, elles articulent aussi leur résistance autour d’un même concept : l’autonomie. Le combat pour le droit à l’avortement a longtemps hissé la bannière « mon corps, mon choix », un étendard qui pourrait également être levé au nom de la défense de l’accès aux soins de transition.

L’articulation de la santé reproductive et de la santé trans autour de l’autonomie n’est pas triviale. C’est, au contraire, plutôt inhabituel en santé. En effet, l’accès à une intervention médicale est généralement autorisé sur la base des avantages et des inconvénients probables de l’acte. L’autonomie donne le droit de participer à la détermination des soins offerts, mais n’accorde habituellement pas celui de demander une intervention. Ce modèle médical standard est mis de côté en militance : la santé reproductive et la santé trans touchent de si près le cœur de qui nous sommes que l’autonomie devient en soi un motif d’accès à l’intervention.

Les mouvements antichoix et antisanté trans s’appuient sur l’argument voulant que l’autonomie ne donne pas de droit absolu à une intervention médicale. J’ai été récemment confrontée à cette thèse après avoir plaidé l’autonomie pour défendre un plus grand accès aux thérapies hormonales, en tissant un parallèle avec l’avortement. Or, mon analyse a été critiquée pour avoir présupposé que la restriction de l’avortement est illégitime.

Selon mes critiques, ma vision de l’autonomie était simplement trop tranchée et contraire au modèle médical standard. J’ai refusé de renoncer à mon analogie, soulignant dans ma réponse que je ne m’attendais pas, de toute façon, à ce que des antiféministes acceptent des arguments en faveur d’un plus grand accès à la santé trans.

Bâtir des ponts

S’il peut être tentant de distinguer la santé trans de la santé reproductive dans le but de légitimer l’une au détriment de l’autre, cette stratégie ne fera qu’affaiblir les deux mouvements. À l’inverse, lorsque l’un de ceux-ci déploie un argument basé sur l’autonomie, l’autre peut plus facilement justifier ses propres positions. En outre, plus cet argument est employé dans diverses sphères, plus il devient légitime dans celle de l’éthique médicale. Et lorsqu’il est déployé avec succès, un précédent se crée, une brèche se forme dans la structure patriarcale.

Au lieu de segmenter nos activismes, il est dans notre intérêt de bâtir des ponts entre les divers enjeux. Ces ponts sont nécessaires pour les personnes qui se situent à l’intersection des luttes et qui, souvent, ne se sentent entièrement bienvenues dans aucun des groupes en raison du manque de solidarité. Ils sont aussi nécessaires parce que nous ne vaincrons jamais sans union.

Bien que je souhaite que l’hétéronormativité, le cissexisme, le patriarcat, la suprématie blanche et les autres dérives du capitalisme tirent à leur fin, il n’en demeure pas moins que les mouvements conservateurs et populistes sont plus forts qu’ils ne l’ont été depuis longtemps. Ils sont financés et organisés. En soulignant les rapprochements entre nos mouvements, nous rendons ceux-ci plus forts. Allié·e·s en militance, nous pouvons éviter que les attaques contre la santé reproductive des femmes et la santé trans se reproduisent au Canada.

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre