Aller directement au contenu

3 applications féministes à découvrir

par 

Entrée dans l’univers des communications et de l’édition par la porte de la révision linguistique, elle révise les articles de la Gazette des femmes depuis plus de 10 ans, en plus d'y écrire de temps à autre. On peut aussi la lire dans Elle Québec, quand elle n'est pas trop occupée à corriger des romans.

Ludiques, informatives ou émancipatrices (parfois tout ça à la fois), voici 3 applis qui injecteront un peu de féminisme dans votre téléphone.

Pour démystifier

Le plaisir sexuel passe beaucoup par ce petit organe, et pourtant, il demeure tristement méconnu. De quoi le clitoris a-t-il vraiment l’air dans son ensemble, et comment le manipuler adéquatement? Soucieux d’apporter leur pierre à l’édifice d’une meilleure connaissance du corps et du plaisir féminins, un groupe d’étudiant·e·s de l’UQAM a conçu le jeu interactif « Clit-moi » dans le cadre d’un stage en collaboration avec l’ONF. Sous la forme d’un sympathique personnage en stop motion (image par image), le clitoris demandera à être caressé, tapoté, pincé, et lorsqu’on le fera convenablement sur l’écran, on obtiendra comme récompense des renseignements sur ce précieux organe et la satisfaction sexuelle féminine. Attention : comme les vrais clitoris, celui-ci est sensible aux gestes brusques et à la pression trop intense. Amusant, attractif, ludique : voilà une belle façon de faire passer de l’info… avec doigté. (Ne cherchez pas l’application dans l’App Store ou Google Play : apparemment, ce jeu est trop sexuellement explicite pour figurer dans ces magasins virtuels…)

Pour rencontrer

Créée par Whitney Wolfe, cofondatrice de Tinder ayant claqué la porte de l’entreprise en 2014 car elle subissait du harcèlement sexuel et de la discrimination, l’application de rencontres Bumble renverse les rôles dans la dynamique hétérosexuelle : ce sont les femmes qui doivent faire le premier pas. Après qu’un match a été établi, elles ont 24 heures pour communiquer avec l’homme repéré, après quoi le profil du potentiel partenaire ou amoureux disparaît. Finies l’attente passive et les heures d’angoisse à vérifier 50 fois si le beau Patrick nous a écrit un petit mot. Parmi les autres points positifs : une courte biographie de chaque membre est mise de l’avant – et non seulement un portrait avantageux amélioré par trois filtres –, les propos haineux sont formellement interdits, et chaque photo doit absolument être identifiée au nom de l’utilisateur·trice – ce qui diminue grandement les risques de recevoir un cliché de pénis non sollicité. En somme, on mise ici sur la qualité. Bumble étend par ailleurs le concept de rencontres hors des frontières sexuelles et amoureuses avec BFF, qui permet de se trouver un·e ami·e (pour voyager, tricoter, faire du jogging dans son quartier…), et Bizz, qui aide à bonifier son réseau professionnel ou à dénicher un·e mentor·e.

Pour mesurer

Même si nous n’avons pas encore de mot français pour manterrupting, on connaît toutes cette désagréable manie qu’ont certains hommes d’interrompre les femmes quand elles parlent. Ça arrive aux bulletins de nouvelles, dans les réunions d’affaires, lors de repas entre ami·e·s; bref, c’est commun. Si un homme de votre entourage refuse de croire à l’ampleur du phénomène, ou si vous êtes simplement curieuse de le mesurer vous-même, l’application Woman Interrupted est votre alliée. Suffit de l’activer, et à l’aide du microphone de votre appareil, elle pourra analyser combien de fois vous avez été interrompue par un homme dans une conversation, voire dans la journée, le mois, et même l’année. Une prise de conscience qui pourrait fort bien vous mener à reprendre activement votre place dans la discussion. À noter que les conversations ne sont pas enregistrées, et que les hommes peuvent aussi faire le test et constater à quel point ils s’imposent – ou pas – de façon peu élégante dans un échange. Bon flash!

Qu'en pensez-vous?

1 Réaction

  1. Boualem BARACHE

    Très instructif

Inscription à l'infolettre