Aller directement au contenu

En 2018, la maternité s’affiche plus que jamais et semble être devenue indispensable au bonheur. Elle serait même glamour, si on se fie à son exposition souvent idéalisée sur les réseaux sociaux. Face à cette pression, le refus d’avoir des enfants constitue pour certaines le moteur d’un engagement féministe, voire écologique.

L’épanouissement et le bonheur d’être « maman », certaines le clament à coups de mots-clics et de photos pastel sur Instagram. Exacerbée par les réseaux sociaux, l’incitation à l’accomplissement maternel n’a jamais été aussi forte. On ne compte plus les célébrités qui exhibent fièrement leurs chérubins aux vêtements dernier cri, nourris aux petits plats faits maison.

« Que l’enfant soit la fin suprême de la femme, c’est là une affirmation qui a tout juste la valeur d’un slogan publicitaire », avait analysé la philosophe Simone de Beauvoir dans Le deuxième sexe, paru en 1949. Près de 70 ans plus tard, cette assertion parle encore à de nombreuses femmes.

Cécile, une traductrice de 33 ans, horripilée par la béatitude familiale mise en scène, est l’une d’elles. « Dans les fictions actuelles, on glorifie la supermaman qui arrive à jongler entre sa vie de famille et sa carrière. On nous secoue cet idéal sous le nez comme s’il s’agissait du Graal. » Selon la jeune femme, les auteurs de fictions et les médias semblent pourtant oublier qu’« une grossesse est encore mal vue au travail, et surtout qu’avoir des enfants n’est pas de tout repos ».

Reproduisez-vous, et soyez parfaites

Au-delà de la glorification de la maternité, Cécile déplore un cruel manque de personnalités féminines médiatisées qui, comme elle, ont fait le choix de ne pas avoir d’enfants. « Il y a des fictions sur les mères, sur les femmes qui ne peuvent pas avoir d’enfants, sur les femmes qui se battent pour en avoir, sur celles qui adoptent… Mais la femme qui n’en veut pas? C’est un oiseau rare. De quoi les gens ont-ils peur? Qu’on leur refile notre maladie et que tout à coup, les femmes n’aient plus envie de se servir de leur utérus? Qu’on fasse autre chose? »

Cette injonction sociale à se reproduire, véhiculée à travers la figure de la mère parfaite, c’est ce que dénonce également Magenta Baribeau, réalisatrice du documentaire Maman? Non merci! * « Nous idéalisons les mères à un tel point que beaucoup d’entre elles dépriment à l’idée de ne pas avoir la force d’être tout ce que la société leur demande : travailleuses, amoureuses, mères parfaites », déplore-t-elle.

Quand ce ne sont pas les séries télé, les romans ou les publicités qui véhiculent l’image d’une femme accomplie grâce à sa progéniture, « ce sont les politiques gouvernementales qui prennent le relais », observe-t-elle. De son avis, le système a besoin que nous nous reproduisions, notamment pour des questions économiques. « Cette injonction sociale est donc omniprésente. »

Magenta Baribeau

« Nous idéalisons les mères à un tel point que beaucoup d’entre elles dépriment à l’idée de ne pas avoir la force d’être tout ce que la société leur demande : travailleuses, amoureuses, mères parfaites. »

— Magenta Baribeau, réalisatrice du documentaire Maman? Non merci!

Malgré cette exposition scénarisée et culpabilisante, la psychologue féministe française Edith Vallée, qui étudie le phénomène du refus de la maternité depuis plus de 40 ans, observe tout de même une évolution positive. « La maternité est devenue un choix et peut à ce titre être revendiquée! Alors que dans les années 1970, quand je faisais mes recherches sur la question, avoir des enfants était un devoir, un fardeau pour beaucoup », explique-t-elle.

Les non-mères, ces « égoïstes »

Pendant longtemps, Cécile a cru vouloir des enfants. « Je pensais que c’était dans l’ordre des choses, que je rencontrerais un homme qui réveillerait ma fibre reproductrice. En fait, je ne cherchais qu’à reproduire un schéma dans lequel j’ai grandi et qu’on me sert sous toutes les coutures à la télévision et dans les magazines. Ça m’a pris longtemps pour différencier ce que je voulais de ce que la société me dictait », confie la trentenaire qui parle de son choix sans rougir depuis seulement deux ou trois ans, alors qu’elle a finalement compris qu’elle n’était pas « anormale ».

Le tabou est-il encore si persistant dans les sociétés occidentales, malgré l’évolution des mentalités? Pour Edith Vallée, la question reste délicate. « Avec la popularité du culturisme dans les années 1980, on était dans la volonté de maîtrise du corps; le refus de la maternité, après un violent rejet dans les années 1970, suscitait désormais la curiosité. » Mais la question a pris une tournure plus intime avec la crise économique. Le choix de ne pas avoir d’enfants contredisait alors l’ordre social. Un repli sur les valeurs familiales s’est opéré et la pression est devenue « plus insidieuse », déplore la psychologue, elle-même sans enfants. La société moderne a commencé à accuser ces femmes de « rater leur vie », de ne pas « être épanouies ». On les taxe d’égoïsme, d’immaturité, et on leur prédit qu’elles le regretteront.

« Ce n’est que temporaire, tu vas changer d’avis », a-t-on souvent dit à Carine, 35 ans, documentaliste d’entreprise mariée à un homme qui lui non plus n’a pas de désir d’enfants. Comme Cécile, elle souhaite que sa décision soit davantage respectée, car elle ne compte plus le nombre de fois où on l’a jugée négativement. « Pendant longtemps, j’ai eu peur de dire “je ne veux pas d’enfants”, j’ajoutais “pour le moment”, car je savais que j’aurais à me justifier. J’en suis parfois venue à mentir et à dire que j’étais stérile pour qu’on me laisse tranquille. Peine perdue, les gens se sont mis à me parler d’adoption… »

Ne pas avoir d’enfants pour sauver la planète

À l’heure de l’alarmante sixième extinction des espèces, de l’épuisement des ressources naturelles et de la surpopulation, de nombreuses femmes sont confortées dans l’idée que leur choix de ne pas procréer est le meilleur pour la planète.

Pour Carine comme pour Cécile, opter pour la décroissance est en effet moins égoïste que de mettre un enfant au monde, vu l’état général de celui-ci. Un avis que partage Emma, une traductrice franco-japonaise de 34 ans résidant au pays de Soleil levant. Sensibilisée à l’écologie depuis toute petite et aujourd’hui défenseuse de la cause animale, elle souffre de noter « l’indifférence absolue des Japonais sur la question. À considérer le désastre écologique, amener un enfant dans un monde dans lequel je ne suis pas moi-même certaine d’avoir un avenir, ça me paraît irresponsable et vain ».

Edith Vallée tempère cette position qu’elle constate de plus en plus affirmée chez les femmes sans enfants : si la cause écologique est récente et lui semble « absolument légitime », elle ne fait qu’asseoir une aspiration à ne pas être mère. « Le fond est bien plus intime qu’un choix politique. »

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre