Aller directement au contenu
Photographie de Julie Payette.

Scientifique, ingénieure, pilote d’avion, chercheuse, pianiste… Julie Payette a suivi une route aussi atypique qu’impressionnante. Et ce, même avant de concrétiser son rêve : devenir astronaute. Elle est ainsi l’une des premières et des rares femmes à avoir voyagé dans l’espace. Et deux fois plutôt qu’une! Sa feuille de route marque l’imaginaire, suscite fascination et admiration. Récemment nommée gouverneure générale du Canada, celle qui demeure « notre astronaute » montre que ce n’est pas parce qu’on a atteint les étoiles qu’on ne peut pas garder les pieds sur terre. À preuve ses réponses à nos questions sur l’égalité. R-E-S-P-E-C-T.

Logo de la Gazette des femmes

Un geste égalitaire que vous avez posé ou une parole antisexiste que vous avez dite et dont vous êtes fière?

Photographie de Julie Payette.

Automne 1980. J’ai 16 ans. Je fais la file pour m’inscrire à une activité parascolaire appelée « australian surf boat » au UWC Atlantic College, au pays de Galles, où j’ai obtenu une bourse d’études. On me dit que cette activité n’est pas pour les filles. J’ai demandé pourquoi. Une question d’effort physique trop exigeant. À l’époque, je courais le demi-fond et je jouais au handball dans une ligue AAA. Non mais, qui dit que je ne suis pas capable d’effort physique? Derrière moi, dans la file, se tenait un étudiant maigrelet nettement plus petit que moi. « Et lui, ai-je lancé, vous allez l’inscrire? » On ne m’avait jamais dit non pour une si mauvaise raison et ça m’avait piquée. Je me suis mise à plaider ma cause. Dans la Grande-Bretagne des boarding schools des années 1970, un élève n’argumente pas avec un professeur. J’ai tenu bon, on m’a inscrite et une fois dans le bateau, j’en ai sué un coup (si vous me permettez l’expression). Mais bon, c’était au tournant d’une nouvelle décennie : Lady Di allait bientôt secouer la monarchie, la navette spatiale s’apprêtait à faire son premier voyage dans l’espace et la variole venait tout juste d’être déclarée éradiquée de la planète. C’était le début d’un temps nouveau…


Un métier non traditionnellement associé aux femmes qui vous fait rêver en tant que femme?

Astronaute (hi, hi, hi!).


Quel film ou quelle série incarne le mieux le « à bas les stéréotypes »?

J’y vais pour trois héroïnes dans des films ou des séries qui n’ont pas peur des femmes d’action! Rey (Star Wars  : le réveil de la force), Ellen Ripley (Alien) et Daenerys Targaryen (Le trône de fer).


La personne qui, dans votre vie, a le plus influencé votre vision de l’égalité femmes-hommes?

La société québécoise dans son ensemble, qui, après la Révolution tranquille, s’est transformée et est devenue avant-gardiste à ce sujet.

Et les femmes fortes qui m’ont entourée : ma mère, mes grand-mères, mes tantes et cousines, mes amies.

J’ai eu le privilège de vivre et de travailler de nombreuses années dans d’autres pays, notamment aux États-Unis et en Russie. Je suis convaincue que l’endroit au monde où l’égalité des chances est la meilleure, c’est ici.


Un moment-clé dans votre vie personnelle, dans votre carrière, où vous avez pris conscience que l’égalité n’était pas réellement atteinte?

Quand je me suis rendu compte qu’on m’offrait à peine un peu plus de la moitié du salaire de mon plus proche collègue pour faire le même travail et prendre les mêmes risques.

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre