Aller directement au contenu
Illustration de plusieurs personnes parlant tous en même temps.

Messieurs, faites des femmes de vous!

par 

Entrée dans l’univers des communications et de l’édition par la porte de la révision linguistique, elle révise les articles de la Gazette des femmes depuis plus de 10 ans, en plus d'y écrire de temps à autre. On peut aussi la lire dans Elle Québec, quand elle n'est pas trop occupée à corriger des romans.

Être une femmelette est beaucoup moins valorisant qu’être l’homme de la situation, avouez-le. Quand on observe attentivement la langue française, on réalise vite qu’elle fourmille d’expressions sexistes, où l’homme a toujours – ou presque – le beau rôle. Pour s’amuser un peu, on leur a inventé des équivalents.

On le sait, la grammaire française préconise le masculin. Vous aurez beau avoir 682 femmes et un homme réunis dans une pièce, vous devrez accorder réunis au masculin. Pire : le même accord prévaudra si vous rassemblez 682 femmes et un morpion. Le texte « Quand le masculin l’emporte sur le féminin » de ce dossier se penche d’ailleurs sur le sujet.

Ici, on a eu envie de dresser une liste d’expressions où l’homme (ou le mâle, dans le cas d’un animal) a le beau rôle, souvent celui de la force, alors que la femme est présentée comme une faiblarde (frapper comme une fille) ou un être désagréable (c’est une vraie pie).

Parallèlement à cette liste, on propose des équivalents de notre cru (non dénués de clichés, c’est voulu dans cet exercice parodique), question de montrer à quel point il est difficile de se sentir concerné·e par ces expressions lorsqu’elles mettent en valeur le sexe opposé. Allez, messieurs, faites des femmes de vous et lisez ce qui suit.

  • Avoir des couilles → avoir du clito, comme dans : « Charles a eu du clito de dire sa façon de penser à sa patronne. »

  • Femmelette → hommelet, comme dans : « Rachel, c’est un hommelet, elle boit de la bière sans alcool. »

  • Fort comme un bœuf → fort comme une jument, comme dans : « Marc s’entraîne tous les jours au gym pour devenir fort comme une jument. »

  • Porter la culotte → porter la jupe, comme dans : « Pour les travaux manuels, c’est Sébastien qui porte la jupe. Pas question de laisser sa blonde entreprendre les rénos de la salle de bain. »

  • Femme fatale → homme fatal, comme dans : « George Clooney, quel homme fatal! »

  • Poule mouillée → coq mouillé, comme dans : « Sarah a peur des orages, c’est un vrai coq mouillé. »

  • Montée de lait → poussée de barbe, comme dans : « Bon, cet animateur de radio poubelle a encore fait une poussée de barbe. »

  • Régler quelque chose d’homme à homme → régler quelque chose de femme à femme, comme dans : « David et Philippe devront régler leur différend de femme à femme. »

  • Remède de bonne femme → remède de bonhomme, comme dans : « Laisse faire avec ta ponce de gin, c’est un remède de bonhomme. »

  • Enfant de chienne → enfant de chien, comme dans : « Tout le monde sait que Tania, c’est une enfant de chien. »

  • Droits de l’homme → droits de la femme, comme dans : « L’ONU a à cœur la défense des droits de la femme pour tout un chacun. »

  • Une Germaine → un Gérard, comme dans : « Gérarement laissé ma femme s’approcher du barbecue. »

Qu'en pensez-vous?

2 Réactions

  1. Hélène Gagnon

    Il faudrait par contre comparer des pommes avec des pommes… le référant des couilles chez la femme ce sont les ovaires… comme dans: Pierre a vraiment des ovaires, il a osé dire sa façon de penser à sa patronne…

  2. Diane Bibeau

    Vous pourriez nous parler des personnes qui utilisent l’expression: « la petite madame ».
    Je déteste tant….

    Pour les nouvelles expressions au masculin, c’est vraiment intéressant!

Inscription à l'infolettre