Aller directement au contenu
Illustration du libre abécédaire de A à Z.

Le féminisme de A à Z

par 

Entrée dans l’univers des communications et de l’édition par la porte de la révision linguistique, elle révise les articles de la Gazette des femmes depuis plus de 10 ans, en plus d'y écrire de temps à autre. On peut aussi la lire dans Elle Québec, quand elle n'est pas trop occupée à corriger des romans.

Vous ignorez quel a été l’apport de la jupe-culotte dans l’émancipation des femmes, qui est Viola Desmond ou ce qu’a fait Rosalie Cadron-Jetté pour aider les mères au 19e siècle? Vous trouverez réponse à ces questions, et beaucoup plus, dans l’Abécédaire du féminisme récemment paru aux Éditions Somme toute.

C’est un livre qui est né à la radio. À l’automne 2013, à l’émission Plus on est de fous, plus on lit!, diffusée sur ICI Radio-Canada Première, une pléthore de personnalités publiques défilent au micro de l’animatrice Marie-Louise Arsenault pour expliquer le féminisme. Éclairer des concepts, illustrer des idées, présenter des personnages canadiens marquants. Parmi elles, les journalistes Rima Elkouri, Josée Blanchette, Nathalie Collard et Judith Lussier, les écrivaines Fanny Britt et Mélissa Verreault, les cinéastes Manon Barbeau et Karen Cho, l’artiste Melissa Mollen Dupuis, ainsi qu’Aurélie Lanctôt, collaboratrice régulière à la Gazette des femmes, et Julie Miville-Dechêne, ex-présidente du Conseil du statut de la femme.

Tout ce beau monde a apporté sa pierre à l’édifice de ce segment baptisé « Abécédaire du féminisme ». Deux ans plus tard, voilà que le concept renaît en livre, proposant trois mots pour chaque lettre de l’alphabet. Noémie Désilets-Courteau s’est chargée de rédiger les textes à partir des interventions des participants, et Sarah Marcotte-Boislard, avec ses illustrations épurées mais non moins puissamment évocatrices, y ajoute une touche de poésie bienvenue.

Car il y a beaucoup, beaucoup de données dans cet ouvrage. Des chiffres, des statistiques. Difficile de faire autrement dans pareil exercice. On ne sombre cependant pas dans le didactisme, merci au ton souvent léger et humoristique ainsi qu’aux extraits de chroniques radiophoniques retranscrits en couleur.

Si vous lisez assidûment les textes de la Gazette des femmes, vous avancerez en terrain connu. Forcément, les thèmes se rejoignent : sort des femmes autochtones, inégalités sociales, difficulté à concilier travail et famille, tabous entourant la sexualité féminine, maternité sous pression, perversité des diktats de l’industrie de la beauté… Des questions essentielles, auxquelles il importe de sensibiliser le plus grand nombre, hommes comme femmes.

De Nelly Arcan à zizi, on visite une vaste gamme de sujets : l’ovulation, l’avortement, l’épilation, la banalisation des différents visages que prend la violence faite aux femmes, les Femen, la chirurgie esthétique de la vulve, le patriarcat, les quotas, les régimes alimentaires, les règles… On ratisse large pour mieux brosser un portrait complet de la situation, de l’intime au social. Les textes sur les Canadiennes qui ont contribué à la progression de la cause des femmes sont particulièrement intéressants, qu’il s’agisse de l’écrivaine pionnière Joséphine Marchand-Dandurand, de la militante impliquée dans l’affaire « personne » Henrietta Edwards, de l’auteure et animatrice Janette Bertrand ou de l’auteure et journaliste Pascale Navarro.

Pour ce livre récemment mis au monde, on n’a qu’un souhait : qu’il ait une longue vie, entre un maximum de mains.

Page couverture du livre abécédaire du féminisme.
Marie-Louise Arsenault (idée originale), Noémie Désilets-Courteau (textes), Sarah Marcotte-Boislard (illustrations), Abécédaire du féminisme, Éditions Somme toute, 2016, 232 p.

Qu'en pensez-vous?

Aucune réaction

Inscription à l'infolettre