Aller directement au contenu
Logo du 40e anniversaire de Remue-ménage.

40 ans de Remue-ménage

par 

Entrée dans l’univers des communications et de l’édition par la porte de la révision linguistique, elle révise les articles de la Gazette des femmes depuis plus de 10 ans, en plus d'y écrire de temps à autre. On peut aussi la lire dans Elle Québec, quand elle n'est pas trop occupée à corriger des romans.

Des voix fortes d’écrivaines tout autant que des réflexions sur la condition féminine, l’avortement, la maternité, l’éducation, les stéréotypes, le féminisme : voilà ce qu’ont mis de l’avant Les Éditions du remue-ménage depuis 1976. Pour célébrer leur anniversaire, elles nous offrent une rétrospective au sens large avec l’exposition 40 ans deboutte.

Visuel du 40e de Remue-ménage.

L’exposition 40 ans deboutte vous fait découvrir quatre décennies d’édition féministe sous toutes leurs coutures. Présentée à l’Écomusée du fier monde de Montréal jusqu’au 2 octobre 2016.

Il en a coulé de l’encre dans les presses depuis la parution du premier livre des Éditions du remue-ménage, la pièce Môman travaille pas, a trop d’ouvrage du Théâtre des cuisines. Désormais riche de près de 400 titres, le catalogue de la maison d’édition montréalaise compte des œuvres de fiction et de poésie ainsi que de nombreux essais. Ses auteures vont des plus confidentielles à celles dont on reconnaît instantanément le nom, telles Nicole Brossard, Pol Pelletier, Margaret Atwood, Louky Bersianik, Hélène Pedneault, Simonne Monet-Chartrand… Au cœur de cette riche production brille toujours le même objectif : stimuler la réflexion féministe et susciter les débats d’idées (et le brassage des idées reçues, par la même occasion).

Ce sont ces quatre décennies d’édition féministe qui sont dévoilées sous toutes leurs coutures dans l’exposition 40 ans deboutte, présentée à l’Écomusée du fier monde de Montréal jusqu’au 2 octobre. Maquettes, affiches, livres, photos et « reliques militantes » y composent un beau panorama de la parole des femmes, de l’évolution du métier d’éditrice et, par extension, des liens entre auteures, lectrices et mouvements sociaux.

Parallèlement à cet hommage aux écrivaines et éditrices engagées, quatre activités poussent la réflexion – et l’agrément – encore plus loin.

Le 23 septembre se tiendra un colloque sur l’édition et l’enseignement du féminisme, en collaboration avec le Réseau québécois en études féministes. Un panel se penchera sur les « synergies entre les études féministes et une maison d’édition féministe », puis sera suivi d’une table ronde intitulée « Lire, écrire, penser le féminisme » qui réunira quatre professeures d’université.

Sujet important mais rarement traité, la pensée féministe noire fera l’objet d’une table ronde cet automne. Finalement, le 30 septembre, celles et ceux qui aiment les activités à valeur ajoutée découvriront l’exposition sous un jour nouveau grâce à une visite commentée en compagnie des éditrices. Celles-ci en profiteront pour lancer leur fameux Agenda des femmes, édition 2017.

En somme, un beau mois de célébrations pour celle que l’on connaît comme « la plus grande des petites maisons d’édition féministe »!

Qu'en pensez-vous?

1 Réaction

  1. Céline Dostie

    Merci vous êtes toujours là depuis 40 ans vous avez nourrit mon engagement à poursuivre celui de ma mère les droit et, la place des femmes, notre espace
    Nous étions 7 filles et 3 garçons les études c’étaient pour les garçons. situation économique oblige. Plus tard j’ai gagné ma place
    Je veux l’agenda 2017 j’ai souvent acheté les autres.
    Merci encore Céline

Inscription à l'infolettre