Aller directement au contenu

Produits « pour femmes » 06-2016

par 

Auteure et illustratrice, Cathon quitte la ville de Québec en 2010 pour s’installer à Montréal. En 2013, La Pastèque fait paraître un premier tome de La liste des choses qui existent, sa première bande dessinée, réalisée en collaboration avec Iris. En 2014, paraît aux Éditions Pow Pow Les Cousines Vampires, réalisé avec le scénariste Alexandre Fontaine Rousseau et sélectionné aux Prix Bédélys Québec. Son premier album jeunesse, Les ennuis de Lapinette, est publié chez Comme des géants en 2015. Cathon publie également de la bande dessinée dans la revue Liberté. Elle travaille présentement sur de nouveaux projets d’albums jeunesse pour le Québec et les États-Unis.

Qu'en pensez-vous?

2 Réactions

  1. François Plamondon

    Observation très juste pour les « bouchons d’oreilles pour femmes ». Vous auriez du ajouter qu’en plus, ils sont plus cher que pour les hommes même si c’est la même chose.

  2. Benoît Labonté

    J’ai beaucoup aimé votre questionnaire à Léane Labrèche-Dor. J’aimerais bien m’exprimer sur ce genre de questions. J’en aurais long à dire parfois sur les comportements de mes congénères masculins. Il y a de nombreuses occasions où j’ai vraiment honte d’être un homme.
    Je travaille dans le milieu religieux catholique, alors vous comprendrez que je ne manque pas d’occasions pour constater la misogynie à son meilleur ! Je crois que ce qui me choque le plus, c’est de voir à quel point il y a encore des femmes qui acceptent ça, pire encore, qui approuvent ! J’ai été éduqué par des parents catholiques. Ils ont 82 ans aujourd’hui et avouent avoir beaucoup de mal à comprendre les inégalités entre les hommes et les femmes qui persistent à exister encore de nos jours. Je les comprends et surtout, je les remercie de m’avoir transmis des valeurs d’égalité et de justice. On me traite souvent de féministe. Je n’aime pas ce qualificatif ; je ne suis pas féministe, mais plutôt humaniste. Je rêve du jour où le sentiment d’égalité sera tellement ancré dans les mentalités, que nous rirons (un peu honteusement) du sujet dont je viens de vous parler.
    En attendant, il n’y a vraiment pas de quoi rire ! Merci de votre attention !

Inscription à l'infolettre