accueil-droite-block

Dans l’actualité

Le dossier des frais de garderie a récemment fait les manchettes. En effet, le gouvernement Couillard remet en question le tarif unique de 7,30 $ en vigueur depuis le 1er octobre 2014 en proposant une modulation des tarifs selon le revenu familial dès avril 2015. Depuis 2004, le tarif était gelé à 7,00 $ par jour.

La contribution parentale resterait inchangée (à 7,30 $) pour toutes les familles gagnant un revenu familial avant impôts de moins de 50 000 $; elle serait majorée jusqu’à 8,00 $ pour les familles gagnant entre 50 000 $ et 75 000 $; irait de 8,00 $ à 11,41 $ pour les familles gagnant entre 75 000 et 100 000 $; s’élèverait à 14,41 $ pour celles qui gagnent 120 000 $. Le tarif maximal, 20 $, serait payé par les familles gagnant 150 000 $ par année et plus. À partir du 1er avril 2015, la hausse des contributions parentales affecterait 153 885 familles, soit les 63,5 % de familles qui ont un revenu familial avant impôts de 50 000 dollars ou plus parmi les 242 339 familles qui utilisent les services de garde pour leurs enfants âgés de moins de 5 ans.

Plusieurs associations. Organismes et groupes sociaux ont vivement réagi à ses mesures, dont le Conseil du statut de la femme. Ce dernier rappelle que la modulation des frais de garderie pourrait inciter certaines mères gagnant un salaire modeste à quitter le marché du travail ou à rester à la maison après leur congé parental. C’est pourquoi le Conseil invite le gouvernement à la plus grande prudence. Il participera aux consultations particulières sur le projet de loi n°28, qui porte notamment sur la contribution exigible pour financer les frais de garde.